Ouverture de l’Hôtel Peninsula Paris le 1er août 2014 : présentation

juin 25, 2014

Actualités, Paris 16ème

peninsula3

C’est le 1er août qu’ouvrira enfin le nouveau né des palaces parisiens, le Peninsula Paris, celui qui promet de révolutionner l’hôtellerie parisienne et de rendre obsolète un grand nombre de ses concurrents. Hasard (ou pas) du calendrier, après 8 mois de travaux, le Plaza Athénée ouvrira à nouveau ses portes le même jour.

Le Peninsula Paris en résumé

peninsula1

Le groupe The Peninsula Hotels fait ainsi son entrée remarquée en Europe  avec cet établissement, qui annonce qu’il définira de nouveaux standards en matière de design, de luxe et de confort, et marquera « une nouvelle étape dans le parcours d’excellence de la marque, en conférant à la Ville Lumière un niveau de distinction sans précédent. »

Le Peninsula Paris sera situé en plein cœur de Paris, au 19 de l’avenue Kléber, à deux pas de l’Arc de Triomphe et de quelques-uns des monuments, musées et boutiques de luxe les plus célèbres au monde.
peninsula6
The Peninsula Paris occupe un immeuble parisien classique de la fin du XIXe siècle, aux nombreux motifs haussmanniens et néoclassiques, ayant abrité initialement l’un des hôtels les plus luxueux de Paris, ouvert en 1908. Ce bâtiment chargé d’histoire a été restauré avec soin et subtilement remis au goût du jour afin de proposer un niveau de confort exceptionnel.
Lien mythique où les Accords de paix de Paris qui mirent fin à la guerre du Vietnam négociés par Henry Kissinger furent signés en 1973 dans le salon qui est aujourd’hui devenu Le Bar Kléber mais aussi le lieu où, en 1928, George Gershwin a composé « Un américain à Paris » durant son séjour à l’hôtel
Le Peninsula comporte 200 chambres luxueuses, dont 34 suites mais aussi des salles de banquet exceptionnelles, six restaurants, un spa… Présentation en attendant de visiter les lieux et de vous donner mon avis sur ce nouvel hôtel parisien.
Histoire de l’établissement
peninsula4
L’histoire du Peninsula Paris commence en 1864 quand le Comte de Basilewsky, un riche oligarque Russe en amour avec le Château de Versailles, décide d’en construire sa propre version à Paris. Après lui, les lieux furent investis par la reine déchue d’Espagne, Isabella II, qui occupa le renommé « Palais de Castille » de 1868 à 1904. Sa vie au 19 Avenue Kléber fut ponctuée d’évènements marquants, de conspirations et de rumeurs, faisant du Palais de Castille le lieu le plus évoqué dans les conversations Parisiennes mondaines.

Le palace fut démoli après la mort de la reine en 1906 pour y construire un bâtiment encore plus grandiose. C’est ainsi que vit le jour, en 1908, le grand hôtel imaginé de longue date par l’entrepreneur Léonard Tauber. A la fois innovant dans sa structure et majestueux dans son apparence, l’hôtel fut également parmi les premiers bâtiments Parisiens à être conçus en béton renforcé. Ceci eut pour effet de créer les vastes volumes qui devinrent ensuite caractéristiques de l’époque, et qui contribuèrent à conférer à l’hôtel son statut de référence en termes de beauté architecturale, de glamour et de reconnaissance pour les évènements qui y furent organisés.

Après la Première Guerre Mondiale et quelques travaux de réhabilitation, l’hôtel ouvrit de nouveau ses portes et reprit ses lettres de noblesse, de style et de glamour en accueillant notamment le dîner qui fut ensuite cité par tous comme « le plus grandiose des dîners de tous les temps ». Il eut lieu en 1922 et fut organisé par Sydney et Violet Schiff, qui reçurent ce soir-là Igor Stravinsky, Sergei Diaghilev, Pablo Picasso, Marcel Proust et James Joyce. Quelques années plus tard, en 1928, c’est aussi en ce lieu mythique que George Gershwin écrivit son œuvre symphonique « Un Américain à Paris ».

L’établissement fut vendu en 1936 au gouvernement français qui y installa les quartiers généraux de l’UNESCO. Ensuite occupé pour la Seconde Guerre Mondiale, le 19 Avenue Kléber devint en 1958 le siège du Ministère des Affaires Etrangères, qui y tint là ses conférences. C’est durant cette période et en ces lieux qu’Henry Kissinger négocia les Accords de Paix de Paris qui mirent fin à la guerre du Viet Nam en 1973, à l’endroit précis qui s’appelle aujourd’hui « Bar Kléber ».

Chambres
peninsula111
peninsula8

 L’ensemble des chambres et des suites spacieuses de l’hôtel sont décorées d’œuvres d’art sélectionnées avec soin, dotées d’un mobilier élégant, et équipées d’un éclairage d’ambiance et du meilleur de la technologie grâce à des tablettes numériques interactives de chevet et bureau personnalisées et disponibles dans onze langues. Tout est contrôlable et accessible en un seul clic.

peninsula10

Salles de bain

peninsula9

Spacieuses, les somptueuses salles de bain en marbre invitent à la relaxation. Pourvues de larges baignoires, de douches pluie séparées, de doubles vasques, et de télévisions encastrées pour un confort maximal, les salles de bain offrent un surcroît d‘élégance aux prestations impeccables proposées par Peninsula et produits d’accueil par Oscar de la Renta.

Suites

L’hôtel The Peninsula Paris propose 45 suites luxueuses, comprenant trois suites thématiques de conception unique : une suite « historique », dotée d’une splendide décoration d’époque, ainsi que deux suites synonymes de luxe et grandeur ultime, la Suite Katara et la Suite Peninsula. Cinq suites offrent une vue spectaculaire de leur jardin privatif sur les toits de la capitale.

 Restaurants

peninsula2

Nouvelle halte incontournable de la grande gastronomie française et Internationale, The Peninsula Paris rayonne également à travers ses six espaces de restauration. Ses tables « The Lobby » ( luxueusement situé au cœur de l’établissement, Le Lobby constitue le degré ultime de la sophistication.), « la Terrasse Kléber » dont la structure est habillée d’une verrière futuriste inédite, « le Bar Kléber », et « le Cigar Lounge », sont autant d’écrins privilégiés pour savourer une cuisine française de renom. La terrasse panoramique de «L’Oiseau Blanc » ravira quant à elle particulièrement les convives, offrant une vue 360° sans égal sur le tout Paris. Enfin, le restaurant « LiLi » proposera une cuisine cantonaise traditionnelle d’exception.  Elégant, raffiné, et pourvu de hauts plafonds impressionnants et d’un décor évoquant l’opéra chinois et occidental.

peninsula7

Un spa exceptionnel

peninsula20

The Peninsula Spa, un espace dédié de 1 800 mètres carrés, permet de ressourcer le corps et l’esprit. Détendez-vous dans une incroyable piscine couverte de 22 mètres, et bénéficiez de moments de relaxation, d’un sauna, ainsi que de soins haut de gamme.

Une technologie de pointe

domotique

Les chambres seront équipées de tablettes digitales interactives dont le contenu est disponible en 11 langues : Arabe, Chinois traditionnel et simplifié, Anglais, Français, Allemand, Japonais, Coréen, Portugais, Russe et Espagnol, au choix selon la préférence du client. Au seul contact d’un bouton sur cette tablette, l’hôte peut contrôler chaque aspect de son séjour, depuis la domotique de sa chambre, la commande du service d’étage, les informations sur les attractions en ville, ou le contact téléphonique du concierge. Cette technologie inégalée a uniquement été rendue possible par la modernisation discrète voire imperceptible des lieux, mais conséquente techniquement : en effet, ce ne sont pas moins de 2.5 kilomètres de câble qui ont été dissimulés derrière les murs de chaque chambre, conférant à celles-ci des standards de service inégalés.

Autre élément technologique de pointe, le restaurant LiLi, qui maintient un certain nombre d’ambivalences de par sa seule conception. Mariant les opéras Chinois et Français, le restaurant est un constant voyage entre ancien et moderne, tradition et innovation. Aussi, LiLi est à la fois un personnage et une destination – le visage de son restaurant éponyme à l’hôtel The Peninsula Paris personnifie cette chanteuse d’opéra Chinois des années 1920. Sa présence dans cette destination gastronomique théâtrale est immédiatement prenante et imposante, puisqu’elle préside de toute sa hauteur ce portrait de 3m x3.5m en toile de nylon et filet, tissé avec de la fibre optique afin de produire un effet gracieux et rayonnant, visible nulle part ailleurs. C’est une première pour cette technique d’impression : en effet aucune autre image n’a jamais été imprimée sur de la fibre optique auparavant. Cette innovation est née de l’imagination combinée de l’architecte d’intérieur Henry Leung du bureau Hong Kongais Chhada Siembieda Leung Limited, de l’architecte Vincent Pellegri du cabinet RMA, et de l’expert en ornements textiles Jérôme Declerq, de la Passementerie Declerq. Ensemble, ils ont allié leurs expertises respectives au savoir des visionnaires Clémentine Chambon et Françoise Mamert, associées dirigeantes de la société Design Percept. Le résultat ? Le visage de LiLi, imprimé sur une fibre optique tissée et éclairée par des LEDs, derrière une fine pluie d’ornements illuminés et formant une porte en forme de lune… – un visage qui allie passé, présent et futur….

Histoire de la restauration de l’établissement

peninsula5

La façade du bâtiment ayant fortement été endommagée à travers les années, un spécialiste des monuments historiques a été appelé à l’aide pour rendre toute sa gloire d’origine au bâtiment.

Hérité des bâtisseurs de cathédrales du Moyen-âge, le savoir-faire de Degaine, entreprise créée en 1899, est à présent au service du patrimoine historique, qu’il soit public ou privé. Les équipes de Degaine utilisent des techniques à la fois modernes et ancestrales pour redonner vie aux bâtiments anciens, en inscrivant leurs gestes dans la continuité de leurs aînés.

Leur contribution à l’hôtel The Peninsula Paris fut colossale. En période de pointe du chantier, ce sont 40 compagnons dédiés à la pierre qui ont mis en œuvre leurs savoir-faire les plus pointus pour rendre aux 10 000m2 de surface de façades leur éclat d’antan. Là où cela était possible, des réparations ont été entreprises, sculptant et retaillant entièrement les portions manquantes à la main. Dans les sections trop endommagées pour être réparées, la zone entière a été remplacée par une pierre neuve, re-sculptée pour en reproduire le motif originel, et ne s’aidant uniquement d’illustrations d’époque. Chaque cascade de fleurs a monopolisé un artisan à elle seule, demandant un travail minutieux de trois semaines, et de douze heures de travail pour un simple motif en forme de ruban.

Le travail de Degaine peut également être apprécié dans les cours intérieures de l’hôtel, où un traitement particulier a été mis en œuvre. Deux des quatre tourelles originelles furent entièrement déconstruites pour être remontées à l’identique, neuves et faites de la même pierre que celles d’origine, par les tailleurs de pierre de la compagnie. Leur nouvelle disposition ajoute désormais non seulement un aspect symétrique au lieu, mais aussi de l’harmonie et du rythme à la cour.

Outre la décoration intérieure, réalisée sous l’égide d’Henry Leung (« Chhada Siembieda & Associates Ltd »), la restauration de l’édifice, confiée à Richard Martinet (« Affine architecture & interior design »), en collaboration avec des maîtres artisans français de renom, a été menée dans le respect d’un savoir-faire et de traditions ancestrales, dans un souci de préservation du patrimoine et d’authenticité du lieu.

C’est dans ce même dessein, auquel on ajoutera celui de redonner toute son âme à l’établissement, ou celui de mettre en valeur les incroyables volumes des chambres et des parties communes, que les éléments abîmés ou complètement disparus ont été recréés. Disposant uniquement d’images d’archives, les équipes de restauration ont dû effectuer de longues recherches afin de reproduire le plus fidèlement possible les éléments datant de 1908, et ainsi redonner toute sa gloire au lieu.

Marbre, stuc, mosaïque, plafond, carreaux muraux, bois sculptés, pierre de taille, dorure à la feuille d’or, peintures, et toute une myriade d’autres éléments ont été préservés avec le plus grand soin. Egalement restaurés avec rigueur par des entreprises françaises, chacune référence ultime en son domaine et exerçant en famille depuis des générations, ces éléments ont bénéficié des même talents qui ont officié sur des projets tels que Le Musée du Louvre et le Château de Versailles.

On nommera à titre d’illustration les deux fresques du Cigar Lounge, représentant la musique et la science pour l’une, la géographie pour l’autre. Ce n’est autre que Cinzia Pasquali, celle qui a dans sa carrière œuvré sur des œuvres de Léonard de Vinci au Musée du Louvre et des toiles du Château de Versailles, qui s’est chargée de leur restauration. Les peintures étaient recouvertes d’une teinte blanche, qu’il a fallu nettoyer et faire disparaître en non moins de trois mois. Il a fallu ensuite deux semaines et d’énormes précautions pour ôter les peintures des murs, et six mois pour les restaurer entièrement et enfin les replacer.

Dans Le Lobby et Le Bar, ce sont 1000 pièces de bois qui ont été ôtées de la structure originelle pour être restaurées et remises en place. Pour ce faire les experts en rénovation de bois, les Ateliers Francelli, une petite entreprise familiale datant de trois générations et comprenant uniquement 12 employés, ont numéroté et classé chaque pièce de bois, individuellement. Elles ont ensuite été déposées, réparées, restaurées, et replacées.

N’omettons pas les 20 000 pièces de feuilles d’or, chacune d’entre elles mesurant 8cm x 8cm, qui ont été utilisées pour la restauration de l’hôtel The Peninsula Paris. A titre de référence, 550 000 de ces pièces ont été utilisées pour la restauration du Dôme des Invalides. Les doreurs des Ateliers Gohard, une autre entreprise familiale tri générationnelle de 20 employés, s’est chargée des réparations, et ceci de la dorure à la feuille d’or à la peinture à la main. Leurs précédents chantiers n’incluent en France autres que le Dôme des Invalides et le Château de Versailles, et aux Etats Unis la Corcoran Gallery of Art de Washington, ainsi que la flamme de la Statue de la Liberté.

Une collection d’Art unique

peninsula13

L’hôtel The Peninsula Paris place l’art au centre de sa vision esthétique. Avec une collection unique d’œuvres d’art contemporain reflétant son élégance cosmopolite ainsi que son histoire, l’établissement proposera à ses hôtes des pièces maîtresses de nombreux artistes internationaux dont la renommée n’est aujourd’hui plus à faire. Combinées avec les éléments historiques du palace, les œuvres d’art viendront en complément de l’omniprésente sophistication des lieux, créant ainsi une interaction dynamique entre les œuvres d’art et leur environnement au sein de l’hôtel.

La collection, proposée par la Sabrina Fung Fine Art d’Hong Kong, tient son inspiration d’éléments comme la nature, combinée à l’interprétation des contradictions et questionnements de l’Homme. Les œuvres d’art partageront quelques secrets de l’histoire de l’hôtel et de la marque The Peninsula Hotels, avec notamment les sculptures de Ben Jakober, Xavier Corberó, Nathalie Decoster, des peintures de José Pedro Croft, Michel Alexis, des œuvres de cristal de Ran Hwang et bien davantage.

Adresse
The Peninsula Paris
19 avenue Kléber
Paris, France, 75116

À l’attention de votre taxi

Avenue des Portugais

75116 PARIS

Téléphone +33 1 5812 2888
Email ppr@peninsula.com
Distance de l’aéroport 17.4 km / 10.8 miles
, , , ,

Pour suivre Inthemoodforhotelsdeluxe.com sur les réseaux sociaux:

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

2 Commentaires le “Ouverture de l’Hôtel Peninsula Paris le 1er août 2014 : présentation”

  1. argone dit :

    Quelle magnifique adresse, merci pour la présentation ! J’espère y séjourner bientôt !

    J'aime

    Réponse

Votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :