Mon avis sur le restaurant le 114 Faubourg de l’hôtel Bristol et visite de l’hôtel Bristol : le luxe à la française dans son intemporelle splendeur

bristol89.jpg

Attention: cet article a été rédigé suite à ma visite de l’établissement et à mon dîner au 114 Faubourg en 2010. L’établissement a connu quelques changements depuis et il se peut que la carte du 114 Faubourg ait également changé…

Mercredi dernier, j’ai eu le privilège et le plaisir d’être invitée à visiter l’hôtel Bristol et à tester sa nouvelle brasserie, le 114 Faubourg. Un hôtel que je fréquente régulièrement pour des conférences de presse ou interviews comme celle-ci, celle-là (et là pour l’interview) ou encore celle-là et dont j’étais donc d’autant plus curieuse de découvrir les luxueux dédales. Impossible de ne pas remarquer le Bristol, non pas qu’il soit clinquant ou que son luxe soit ostentatoirement affiché à l’extérieur mais sa place de choix tout près de l’Elysée et des Champs Elysées, sur la prestigieuse rue du Faubourg Saint-Honoré, en a fait une adresse incontournable des politiques, des hommes d’affaires et stars en escale à Paris et puis parce qu’avec sa nouvelle aile achevée en septembre 2009, l’imposante bâtisse offre maintenant deux magnifiques façades, sur la rue du Faubourg Saint-Honoré, et sur l’Avenue Matignon.

bristol18.jpg

 Parmi de très nombreuses récompenses, l’hôtel Bristol a été élu « meilleur hôtel au monde » par l’Institutional investor magazine et  « Hôtel Romantique de Luxe 2010 » lors de la cérémonie des World Luxury Hotel Awards et surtout il s’honore d’être le seul vrai palace à la Française appartenant à un propriétaire européen. Le Bristol appartient ainsi à la famille Oetker depuis 1978, laquelle détient également d’autres établissements de renommée mondiale :  le Brenner’s Park-Hotel & Spa à Baden-Baden,  l’Hôtel du Cap Eden-Roc au Cap d’Antibes, le Château Saint-Martin & Spa à Vence.

bristol14.jpg

C’est Didier Le Calvez qui a repris la tête de l’établissement depuis mars 2010 (directeur général puis président directeur général depuis juillet de la même année) à qui (notamment) le Four Seasons avait confié la réouverture de l’hôtel George V à Paris en 1999 et qui opère une révolution en douceur permettant à cet établissement mythique de passer de statut de palace à celui d’écrin d’exception…

bristol12.jpg

La visite commence par un des éléments phare qui contribue à la renommée mondiale du palace, son restaurant 3 étoiles Michelin. La salle à manger d’hiver a conservé sa forme ovale d’origine, celle du théâtre privé que Jules de Castellane avait fait construire au XIXe siècle dans son hôtel particulier.   Ici tout est fait pour vous transporter dans un luxueux ailleurs : boiseries Régence en chêne de Hongrie, tapisserie de la Manufacture de Lille datant du XVIIIe siècle et lustres en cristal  sans oublier un somptueux plafond travaillé à la feuille d’or, agrémenté des 4 saisons peintes par le peintre Gustave-Louis Jaulmes (qui décora également le Palais de Chaillot).  L’été, la salle à manger d’été prend le relais avec sa vue imprenable sur le plus grand jardin d’hôtel de la capitale (1200 m2)…

bristol2.jpg

Mais le Bristol ne se résume évidemment pas à son restaurant et son célèbre chef Eric Fréchon.  Ce magnifique palais de style XVIIIème, riche de meubles d’époque, d’une exceptionnelle collection de tapisseries des Gobelins et de Lille, et de toiles de Maîtres (dont bon nombre proviennent d’une vente aux enchères des réserves du Musée du Louvre, organisée avant la seconde guerre mondial) s’organise autour de son célèbre jardin à la Française.

bristol6.jpg

 Déjà enrichi d’une nouvelle aile en 2009, Le Brsitol sous la direction dynamique de Didier Le Calvez ne compte pas s’arrêter en si bon chemin puisque la superficie du Spa à la française sera doublée dès le premier trimestre 2011 et trois nouvelles marques viendront compléter son offre.  Une nouvelle suite panoramique sera également créée au 8ème étage, se rajoutant aux 85 suites du Bristol et positionnant le palace comme celui ayant le plus grand nombre de suites de la place parisienne. Parmi celles qui existent déjà : la Suite Panoramique (de plus de 200 m2 avec fitness privé, cuisine équipée, terrasse fleurie, et vue sur tout Paris), la Suite Penthouse (de 350 m² avec deux ou quatre chambres sur deux niveaux, et un grand salon de style Empire), la Suite Paris (de 150 m², authentique appartement parisien avec un vaste salon, une salle à manger, une merveilleuse chambre, un hammam, et une cuisine entièrement équipée), les deux Suites Terrasses (de 110 m², avec chacune un véritable jardin suspendu de 160 m² pour d’inoubliables petits déjeuners au soleil. )  Les tissus sont signés des créateurs les plus prestigieux :  Frey, Rubelli, Nobilis etc. Gravures, tableaux : tout est d’époque et contribue à faire du Bristol une luxueuse demeure au parfum d’authentique. Dans les salles de bain, en marbre blanc de Carrare, ce sont des  produits de toilettes Hermès et Anne Sémonin.

bristol1.jpg

bristol3.jpg

bristol5.jpg

bristol4.jpg

bristol7.jpg

Et puis, il y a tout ce qui fait la différence, tout ce qui fait que lorsque l’on franchit les portes de la rue du Faubourg Saint-Honoré le client soit considéré ici comme unique qu’il soit puissant ou ne le soit pas, et qu’il se sente à la fois dans un délicieux ailleurs et comme chez lui. Le Bristol marie harmonieusement les paradoxes : tenant à s’inscrire dans une Histoire et une tradition d’hôtellerie française (et s’en orgueillissant), s’en dégage une impression à la fois d’intemporalité et de modernité avec notamment ces fenêtres et ces toits répondant à des normes de très hautes performances acoustiques mais aussi thermiques. Un silence appréciable et impressionnant règne  ainsi dans les chambres alors que l’hôtel se situe pourtant à un endroit très bruyant.

D’autres éléments encore témoignent  de ce souci du détail comme l’identité olfactive qui dans tout le hall exhale des notes fraîches, chaleureuses et pétillantes grâce à Jean-Michel Duriez, parfumeur créateur de la Maison Jean Patou Paris qui a créé cette fragrance.

bristol13.jpg

Parmi les lieux incontournables de l’hôtel et du tout Paris (et au-delà), le bar dont la carte du déjeuner et du dîner du Bar a été élaborée par Eric Fréchon. Un rituel de ce lieu est l’heure du thé (15H00 à 18H00). Etablie en collaboration avec le Club des Buveurs de Thé, la Carte offre un choix de 15 saveurs issues des plus célèbres plantations d’Inde, du Sri Lanka, de Chine… L’ambiance musicale a été confiée à Béatrice Ardisson et s’adapte aux différents moments de la journée. Et tous les soirs, à partir de 20H30, jusqu’à 23H30, le pianiste joue des standards de jazz, des refrains de blues, des souvenirs de pop. Tous les dimanches d’été, une harpiste enchante le jardin à la Française du Bristol, de 12H30 à 15H. La musique quelle qu’elle soit est donc très présente au Bristol prouvant que ce n’est pas un lieu figé dans le passé.

C’est aussi parce que le Bristol est en accord avec son temps et à un carrefour de la mode qu’il propose ses « Thés à la mode », une fois par mois. Ainsi le samedi après-midi de 15h30 à 17h vous pouvez profiter du tea-time tout en contemplant les mannequins qui déambulent entre les tables. Pour l’occasion, le Chef pâtissier crée un dessert unique et éphémère, inspiré de l’univers du créateur. Les plus grandes maisons s’y sont succédées pour présenter leurs nouvelles collections : Céline, Yves Saint Laurent, Givenchy, Chloé, Christian Lacroix, Versace, Ungaro… mais l’ambition du Bristol, c’est aussi de faire découvrir les créateurs de demain. La participation est de 55 euros, comprenant un thé complet : choix de 15 thés, sélection de sandwiches et pâtisseries, ainsi qu’un dessert spécialement créé par le Chef Pâtissier.

Il faudrait encore parler des soirées œnologiques au 114 Faubourg, chaque premier lundi du mois (Un vigneron, sélectionné par Marco Pelletier, Chef Sommelier du Bristol, viendra ainsi présenter son vin en personne, vin qui sera associé à un menu spécial le temps de la soirée (120 euros). Ce vin sera ensuite mis à l’honneur à la carte du 114 Faubourg le mois durant aux services du déjeuner et du dîner.)

bristol22.jpg

bristol20.jpg

L’élément incontournable de tout palace c’est désormais le SPA et le Bristol ne déroge pas à la règle, en l’occurrence Anne Sémonin avec ses cabines à l’atmosphère tamisée qui, là encore, vous procurent un doux sentiment d’ailleurs.

bristol16.jpg

Après cette promenade dans les couloirs ouatés du Bristol qui s’est achevé par la visite de sa piscine située sur le toit (réservée à la clientèle) qui domine la capitale et donne envie de prononcer un solennel et balzacien « A nous deux Paris », place  au dîner  au 114 Faubourg, la nouvelle brasserie de l’hôtel ouverte en septembre 2009,  élu « Restaurant de l’année » par le magazine anglais « Hotel Management International ».

Avant de s’installer on se laisse étourdir par la décoration avec ses dahlias noirs et le majestueux escalier de fer forgé qui permet d’accéder au rez-de-chaussée où la brigade du jeune Chef Eric Desbordes ( 28 ans) supervisé par le Chef triplement étoilé Eric Frechon fait la cuisine sous nos yeux dans une atmosphère romantique. Une cuisine qui allie subtilement inventivité et tradition avec légumes frais et de saison et une cuisson sur-mesure. Les clients peuvent en effet choisir entre une viande (3 sortes en fonction des saisons) ou un poisson (5 variétés en fonction des saisons) cuits au grill, à la plancha, à la vapeur ou pour les grosses pièces (poulet entier ou queue de lotte) à la broche. Une promenade au pays des saveurs, exquise pour les palais les plus exigeants et à un prix raisonnable pour une brasserie de palace (menu à 46 euros). Pour moi le choix s’est arrêté sur des  gaufres de pommes de terre au saumon fumé en entrée, puis sur la suggestion du jour, des filets de sole à la béchamel et aux champignons judicieusement cuits et assaisonnés. Pour ce qui est des desserts c’est Laurent Jeannin qui est aux commandes, le talentueux et créatif Chef Pâtissier du Bristol dont vous pourrez notamment goûter le mille feuilles à la vanille de Bourbon et caramel demi-sel … Le 114 Faubourg est ouvert tous les jours :  Déjeuner : 12h00 – 14h30 (fermé le samedi et le dimanche midi) / Dîner : 19h00 – 22h30 (dernière prise de commande)

bristol10.jpg

bristol8.jpg

Alors, si comme moi, vous habitez à Paris et avez des envies d’ailleurs, dans un lieu à la fois moderne et intemporel où chaque client se sent unique, si vous avez envie  de vous retrouver dans une atmosphère chaleureuse dans un lieu d’exception rendez-vous 114 Faubourg Saint-Honoré , à la brasserie, au restaurant gastronomique ou au bar du Bristol… pour vous arrêter quelques heures hors du temps, de la réalité, pour à la fois vous reposer de l’harassante frénésie parisienne et en même temps  vous retrouver au centre de sa comédie humaine.

bristol15.jpg

, , , , , , ,

Pour suivre Inthemoodforhotelsdeluxe.com sur les réseaux sociaux:

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

Pas encore de commentaire.

Votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :